AthlétismePortraits - Interviews - Analyses

Athlétisme — Maël Gouyette : « Paris 2024, c’est mon rêve »

Désormais licencié au Haute Bretagne Athlétisme, Maël Gouyette est l’avenir de l’athlétisme breton sur 1500m. Portrait de notre ambassadeur, qui nous a fait part de son parcours et de ses ambitions. 

Le jeune homme de 22 ans pratique l’athlétisme seulement depuis quelques années. En effet, durant toute son enfance, le Breton a pratiqué le football, et cela jusqu’à ses 16 ans. Mais un jour, il goûte à l’athlétisme et c’est le coup de cœur : « Ce qui m’a amené à ce sport, c’est le cross du collège que j’ai gagné. Un ami m’a alors dit d’aller aux championnats départementaux. J’ai terminé à la deuxième place lors de cette compétition et ça m’a motivé pour quelqu’un qui n’est pas de ce milieu. »

Et c’est donc le déclic pour celui qui vient de prendre la troisième place des Championnats de France U23 sur 1500m : « Quelque temps après, lors d’un championnat de Bretagne, un coach est venu me voir après la course. Il m’a demandé si ça me disait de rejoindre le club de Langueux. J’ai répondu oui et j’ai commencé à faire des courses. En 2016, j’ai décidé d’arrêter le foot pour me consacrer entièrement à l’athlétisme. » Maël est donc doté d’un énorme potentiel et d’une marge de progression impressionnante du fait de ses débuts tardifs en course à pied.

Le 1500m, sa distance favorite

Maël a compris que l’athlétisme était fait pour lui. Mais encore faut-il choisir sa discipline, sa distance. Il a donc commencé par le cross-country comme de nombreux athlètes avant lui : « J’ai bien aimé le cross, mais malheureusement quand on arrive en été il n’y en a plus. » 

Il s’est donc tourné vers le 3000m et le 2000m steeple avant de se réorienter vers sa longueur de prédilection, le 1500m : « Mon profil était plus adapté pour cette distance. C’est une discipline que j’adore, c’est à la fois de l’endurance et de la vitesse. C’est l’épreuve reine du demi-fond. » Le Français vient d’ailleurs de battre son record personnel sur le 1000m (2’21) et sur le 1500m (3’41«24). Excusez du peu !

Un changement de club pour allier sport et études

Le coureur de 1500m a changé de club en début d’année pour s’engager avec le Haute Bretagne Athlétisme. Ce choix s’est fait naturellement pour lui dans le but de concilier les entrainements et les études : « Mes cours sont sur Rennes et les déplacements créent beaucoup de fatigue. Je voulais un club à proximité d’où je vis. Avoir un groupe d’entrainement était aussi quelque chose que je recherchais. Dans ma perspective des JO 2024, je voulais être plus encadré. » 

Le fait de réussir aussi bien sur la piste que dans le monde professionnel lui tient à cœur : « L’athlétisme, ce n’est pas très médiatique, on ne peut pas forcément en vivre. Je fais des études en tant qu’ingénieur dans l’agronomie. C’est important d’avoir un double projet. J’ai envie d’assurer l’après-carrière. »

Courir pour s’évader… avec des rêves plein la tête

Maël court avant tout pour se faire plaisir, pour s’évader. La compétition n’est que la continuité de cela : « Je ressens beaucoup de choses quand je cours notamment de la liberté. J’ai l’habitude de courir sans musique, j’écoute la nature, je me focalise sur le moment présent. Ça me permet de couper avec les études. Le sport me sert d’échappatoire. »

Le Bretillien est encore très jeune, mais il a déjà de grandes ambitions : « Paris 2024 ? C’est mon rêve ultime ! À plus long terme, je pense aussi à Los Angeles 2028. » Mais il souhaite garder la tête froide et ne surtout pas perdre de vue le principal pour lui, s’amuser : « Je veux prendre du plaisir, c’est pour cela que je cours. Les valeurs du sport me sont très chères. » Un niveau sportif élevé et une tête bien faite, que demander de plus pour la nouvelle perle de l’athlétisme breton !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page