Tennis

Tennis : Dans les coulisses du premier match de Montauban en Régionale 3

Montauban de Bretagne affrontait Ploermel ce dimanche en Championnat. Pour leur premier match de leur histoire en Régionale 3, les tennismans montalbanais ont accroché un beau match nul (3–3). Retour avec les principaux intéressés sur cette rencontre.

Le dimanche 17 octobre 2021 restera une date importante de l’histoire de Montauban. Ce club situé à une vingtaine de kilomètres de Rennes ne cesse de progresser depuis plusieurs années et c’est fort logiquement qu’il a réussi à atteindre pour la première fois le Championnat de Régionale 3. Alors, c’était aussi un moment particulier pour la ville. 

Pour cette rencontre face à Ploermel, Montauban alignait quatre joueurs : François Bosc (classement : 15), Guillaume Brandily (15/1), Vianney Elie (15/2) et François Matis (15/2). Les deux équipes ont fini la partie dos à dos (3–3). Ti Sport a pu interviewer Vianney Elie, le capitaine de Montauban ainsi que Guillaume Brandily, entraîneur et joueur du club. Entretien.

» A LIRE AUSSI : Football — Le Stade Rennais surclasse le FC Metz

Que retenez-vous de cette première rencontre de la saison ?

Guillaume : C’était très difficile. Avec Vianney, nous avons tous les deux perdu nos matchs en simple avant de perdre ensemble en double. Pour ma part, je n’ai pas du tout été à mon niveau alors que Vianney a joué contre un adversaire bien plus fort que lui. 

Vianney : Cela faisait presque deux ans que l’on n’avait pas fait de compétition à cause du covid et les repères sont difficiles à retrouver. On avait forcément un petit peu oublié la tension d’un match et on a eu du mal à gérer tout ça ce dimanche. 

Votre club évoluait pour la première fois à ce niveau. La tension peut aussi venir de là ?

G : C’est vrai. Quel que soit le niveau, on se met la pression. Peut-être trop d’ailleurs au vu de nos performances. Après, j’ai quand même joué pendant des années 4 divisions plus haut (Guillaume a évolué en Pré Nationale, c’est la 5e division), et je me mettais moins de pression. On sait ici à Montauban qu’il y a des gens qui se lèvent le dimanche à 7h30 pour venir nous voir jouer donc on veut à tout prix les récompenser avec des victoires.

V : Tout à fait. On a envie de bien faire. On fait partie d’un petit club, très familial et convivial. Les dirigeants et membres du bureau œuvrent au quotidien pour que le club avance et on a envie d’être performant pour leur rendre la pareille. En plus de 60 ans d’existence, c’est la première fois que Montauban est à ce niveau donc oui, on se met une petite pression en plus. 

Guillaume, tu es arrivé à Montauban en 2018. Quel est ton regard sur l’évolution du club ?

Je démarre ma quatrième saison en tant qu’entraîneur. Tout se passe très bien. En 2018, on avait 130 licenciés et on est passé cette année à plus de 200. C’est une super nouvelle. Nous sommes un club avec une petite structure (2 terrains) donc pour nous différencier des gros clubs rennais, on mise sur la convivialité et l’échange entre nos licenciés. C’est de là que l’envie de jouer au tennis doit naître ici à Montauban de Bretagne. C’est très important pour nous d’allier sport et convivialité. 

On veut aussi faire évoluer notre tournoi qui a lieu en fin de saison en faisant venir des joueurs d’un niveau semi-pro, voire pro. J’ai une pensée d’ailleurs pour l’entraîneur adjoint Alexandre Thomas, qui est également très investi dans le projet du club.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page