AthlétismeJeux ParalympiquesPortraits - Interviews

Jeux Paralympiques : Une deuxième médaille dans le viseur de Louis Radius

Dans un peu moins d’une semaine débuteront les Jeux Paralympiques. Portrait de l’athlète Louis Radius, médaillé de bronze sur 1500 mètres aux Jeux de Rio en 2016.

Louis Radius est né le 9 décembre 1979. Depuis tout jeune, le sport a été pour lui un moyen de s’émanciper et d’avancer malgré son handicap (hémiplégie du bras gauche). Dès ses 4 ans, il choisit de pratiquer un sport peu courant pour les garçons de son âge, la danse classique. Même aujourd’hui, cette discipline lui tient toujours à cœur. Lorsqu’il a 8 ans, il décide de se tourner vers le tennis avant de se mettre au football américain. Mais c’est durant son adolescence que Louis tombe amoureux de l’athlétisme.

Il a essayé de nombreuses distances

À cette époque, il parcourait régulièrement plusieurs kilomètres pour rejoindre l’un de ses amis. Il s’est alors mis au défi de réaliser le trajet le plus vite possible. Sa mère l’a ensuite inscrit secrètement dans le club de la Jeunesse de Croissy-sur-Seine. C’est à ce moment-là que tout a commencé pour lui. « Loulou » a d’abord fait du sprint avant de s’essayer au demi-fond, sa discipline de prédilection. 

Du côté scolaire, il connait des difficultés. Mais comme dans le sport, son assiduité lui a tout de même permis d’obtenir son diplôme en STAPS. Néanmoins, le jeune sportif a un rêve en tête, participer un jour aux Jeux.

» A LIRE AUSSI : Jeux Paralympiques : Portrait de Katell Alençon, grande chance de médaille en paracyclisme

Une longue ascension vers le succès

C’est seulement en 2006, soit dix ans après ses débuts en athlétisme, que Louis Radius atteint le haut niveau. Il découvre alors l’équipe de France et le handisport (il évoluait avant avec les valides). Malgré son succès tardif, l’athlète de 1m81 à la foulée élégante possède tout de même un palmarès impressionnant. En effet, sur le plan national, il est l’un des meilleurs puisqu’il est septuple champion de France. 

Au niveau continental, sa double victoire (800m et 1500m) lors des Championnats d’Europe 2016 restera gravée dans les mémoires. Malheureusement il a dû se contenter de deux médailles d’argent sur 1500m (2015 et 2017) lors des Championnats du monde. « Loulou » a réalisé son rêve à Rio en participant aux Jeux Paralympiques. Il a même réussi à monter sur le podium en s’adjugeant une très belle médaille de bronze.

Louis Radius est un athlète engagé

Le résident de Dinard a toujours utilisé le sport comme un outil pour sa vie. Outre ses activités d’athlète de haut niveau, Louis Radius intervient dans les collèges et lycées pour faire évoluer les préjugés sur le handicap. À côté de cela, le Breton est aussi professeur de sport et cadre d’État.

De ce fait, il lui a été délégué comme mission de faire rayonner le territoire breton pour les JO 2024 de Paris. Il aide donc les sportifs en ce qui concerne la facilité d’accès à l’alimentation, aux équipements sportifs et à la préparation. Son engagement et ses prouesses lui ont même permis d’obtenir le titre de Chevalier de l’ordre national du Mérite et la Médaille de la Jeunesse et des Sports.

» A LIRE AUSSI : Jeux Paralympiques : Dorian Foulon se confie avant le début de la compétition

Une préparation mouvementée pour Tokyo

Le pensionnaire de l’EAPB (Entente Athlétique du Pays de Brocéliande) a connu une préparation particulière pour les Jeux de Tokyo. En effet, le Covid est passé par là. Au départ, « Loulou » a bien vécu le confinement, il en a profité pour s’entrainer davantage. Sauf que rien ne vaut la compétition. Le sportif connait alors une méforme durant laquelle il remet en cause sa participation au plus grand évènement planétaire. Durant la même période, il s’est aussi séparé de son ancien entraineur au profit de Jean-Baptiste Congourdeau. Pari gagnant puisqu’il remporte les Championnats de France en juin dernier et retrouve son niveau.

Louis Radius sera finalement bien là pour les Jeux Paralympiques. Il fera son entrée dans la compétition le vendredi 3 septembre. Il essaiera bien évidemment de faire au moins aussi bien que sa troisième place en 2016. À bientôt 42 ans, cela devrait être l’une de ses dernières compétitions, même si la perspective Paris 2024 reste alléchante. Surtout quand on connait la force de caractère de cet athlète.

©Pierre-Yves Beaudouin/Wikimedia Commons/CC BY-SA 4.0

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page