VolleyPortraits - Interviews - Analyses

Volley — Lucille Gicquel : « Le retour à la réalité après les Championnats d’Europe a été compliqué »

Avant son match contre son ancien club de Conegliano, la volleyeuse bretonne, Lucille Gicquel, revient pour Ti Sport sur son début de saison sous ses nouvelles couleurs. Entretien. 

« Mon intégration s’est bien passée ». Fraîchement arrivée à Cuneo Granda Volley, Lucille Gicquel est désormais bien installée au sein du collectif. La Tricolore, qui souffle ce samedi ses 24 bougies, aurait espéré de meilleurs débuts sur le plan sportif, mais elle reste tout de même positive. À moins de 48h de retrouver son ancienne équipe de Conegliano, qu’elle affronte ce dimanche, la Bretonne a répondu à nos questions. Extraits.

Le début de saison de Cuneo a été compliqué, comment l’analyses-tu sur le plan collectif ? 

Collectivement parlant, c’est vrai que le bilan est très mitigé. On s’attendait à faire mieux clairement que ces deux victoires en six rencontres. Pour moi, on a joué deux équipes qui étaient véritablement au-dessus, ce sont donc des performances sur lesquelles on ne peut trop rien dire. 

Mais les défaites concédées contre Firenze (3–1) et Roma (3–0) sont, je pense, des matchs où l’on aurait pu prendre des points, voire aller chercher la victoire. Nous n’avions pas bien joué et c’est assez frustrant. Après, il faut voir le positif. Ça va de mieux en mieux dans le jeu et on trouve de plus en plus de repères au fur et à mesure que la saison avance. Tout cela va se mettre en place pour les prochains matchs. 

Et d’un point de vue plus personnel, comment te sens-tu dans cette équipe ?

Je suis très contente de mon équipe. Il y a une bonne entente entre les joueuses, nous avons un bon groupe à la fois travailleur, mais détendu, donc mon intégration s’est bien passée. Au niveau du volley, ça a été un petit peu plus difficile. Le retour à la réalité après les Championnats d’Europe a été un peu compliqué pour ma part. J’ai eu du mal à retrouver une certaine motivation, mais aussi certaines sensations. Les deux premiers matchs ont été les plus compliqués, mais ça s’est rapidement amélioré et maintenant je commence à me sentir bien. Il faut laisser un peu de temps pour retrouver les sensations. 

Lucille, ce dimanche est placé sous le signe des retrouvailles. Comment appréhendes-tu ce match face à ton ancienne équipe ? 

C’est toujours un peu particulier quand on affronte un ancien club surtout que là Conegliano est une très grosse équipe. Mais en même temps, ça me fait très plaisir de jouer contre elles. C’est l’occasion pour moi de revoir d’anciennes coéquipières avec lesquelles je me suis aussi très bien entendue donc ça va être sympa de les affronter. On a d’ailleurs eu l’occasion de se contacter cette semaine, mais nous n’avons pas abordé le match. Nous étions plus dans l’optique de trouver un moment et d’essayer de se voir avant la rencontre.

As-tu pu partager certains aspects tactiques de Conegliano avec ton nouveau coach ? 

Pas vraiment. Il y a déjà un plan de jeu en place. Andrea (Pistola, coach de Cuneo) a déjà mis en place une stratégie donc je n’ai pas ajouté grand chose. C’est une équipe qui est en place depuis quelques années maintenant. Ca fait trois voire cinq ans que certaines jouent ensemble, donc le coach connait déjà l’équipe par coeur. Je n’ai pas eu besoin de dire quoi que ce soit. 

Quel sera l’objectif de cette rencontre ?

Conegliano reste une équipe au-dessus donc il n’y a pas de pression à avoir. Je suis juste très contente de jouer contre les filles et de les revoir. Je sais que ça va être un match très compliqué. ça reste Conegliano ! On peut tout de même essayer de se battre et tenter d’aller chercher un point. Je suis très impatiente d’être à dimanche !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page