Volley

Volley : L’Equipe de France féminine lance son Euro ce vendredi face à la Russie

Après l’absence regrettée de l’équipe de France de volley au tournoi olympique de Tokyo, les joueuses tricolores auront à cœur de briller lors du Championnat d’Europe (18 août au 4 septembre). Elles s’en vont à la conquête de leur premier titre continental, dès ce vendredi.

L’histoire est en marche pour les joueuses d’Emile Rousseaux. Elles se sont envolées en direction de Belgrade ce mercredi. Tout au long de leur stage de préparation et jusqu’au 17 août, les Françaises ont pu instaurer un esprit de groupe béton. L’attente commençait à se faire longue pour les coéquipières de la Quimpéroise Eva Elouga, surmotivées pour les jours à venir. L’aplomb de cette équipe composée de joueuses très jeunes — 5 d’entre elles ont moins de 20 ans, pourrait faire la différence. Nul ne peut douter que leur état d’esprit de travail et de camaraderie, travaillé lors du stage, leur sera bien nécessaire tout au long de la compétition.

La jeunesse de la France du volley en ordre de marche

Bien que les Bleues aient signé plusieurs belles victoires en amical (3–1 Suède, 3–1 Finlande…), le tirage des matchs de poule n’est pas un cadeau. Elles seront opposées à de gros clients dans un groupe A très relevé (Russie, Belgique, Serbie, Bosnie Herzégoviene et Azerbaïdjan). Le défi s’annonce immense, mais pour la Bretonne Lucille Gicquel, qui s’est confiée dans nos colonnes il y a quelques jours, l’équipe de France a « une grosse marge de progression ». Après une saison dantesque avec le club italien de Conegliano, l’Euro est la pièce manquante du puzzle de l’année parfaite. 

» A LIRE AUSSI : Volley — Lucille Gicquel : « Avec la France, nous avons une grosse marge de progression »

Ce vendredi à 20h le groupe France entre en lice face à la Russie. Un premier match déterminant pour la suite de l’aventure européenne. Les Françaises pourront également compter sur l’expérience de Nina Stojiljkovic, la passeuse du Cannet, également passée par Quimper lors de la saison 2018–2019. De sérieux atouts qui les aideront à franchir les étapes pour faire la lumière sur leur projet de faire évoluer le groupe vers des résultats majeurs à l’international. Le Championnat d’Europe de cette année est donc un pas important vers l’échéance Paris 2024. D’ici là, les jeunes pousses du groupe auront pris de la graine sur l’exemple des cadres françaises.

» À LIRE AUSSI : Volley : Les Bleus champions olympiques pour la première fois de leur histoire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page